Qu’est-ce qu’une psychologue clinicienne ?

Vous êtes à la recherche d’une psy ? Vous ne savez pas quel type de psy choisir ? Nous vous expliquons le métier de psychologue clinicienne pour en savoir plus. Vous découvrirez ainsi sa profession, ses particularités, sa formation ainsi que ses qualités.

Le métier de psychologue clinicienne

Une psychologue clinicienne s’occupe de personnes avec des troubles mentaux ou émotionnels comme la dépression. Elle accompagne ses patients dans la résolution de leurs difficultés. Elle les aide dans leur démarche de bien-être. Elle examine directement le patient pour une analyse globale. Elle apporte des réponses aux soins psychiques et donne des conseils pour avancer dans la vie et se sentir mieux dans sa peau. Chaque entretien s’applique à anticiper, à soigner et à rectifier les troubles émotionnels. Une psychologue clinicienne peut aussi en complément se former au coaching comme c’est le cas par exemple de Claude Lemaire, coach personnelle et psychologue à Ferrière-la-Grande dans l’Avesnois (Nord).

Ses études

Il faut obtenir un bac + 5 pour devenir psychologue clinicienne. Les études se déroulent principalement en université et très rarement en école spécialisée. Les stages font partie des études de psychologue. Ils permettent de mettre en pratique leurs connaissances. Le diplôme à obtenir pour devenir psychologue clinicienne est un Master 2 Psychologie clinique et psychopathologique. Vous pouvez étudier la psychologie partout en France. Il est possible de se spécialiser quand on ouvre son cabinet : les enfants, les adolescents, les adultes, les personnes âgées. Au cours de la carrière, on peut se former pour connaître les évolutions du métier et les nouvelles méthodes thérapeutiques.

Ses particularités

Une psychologue clinicienne peut travailler dans plusieurs structures comme les hôpitaux, les associations, les instituts ou en cabinet libéral. Elle peut travailler en tant que libéral cependant il est difficile de se faire connaître en début de carrière. C’est pour cette raison que la plupart des psychologues cliniciennes travaillent également dans les hôpitaux. Ce métier aide les personnes dans le besoin, ce qui humanise les relations entre le psy et ses patients. Les horaires sont variables, surtout en cabinet. Un premier contact est établi par téléphone pour connaître les techniques utilisées. Une psychologue peut s’entourer d’une équipe pluridisciplinaire composée de médecins, de psychiatres… Elle est considérée comme un scientifique pour comprendre les analyses et acquérir une rigueur dans le travail. Une psychologue clinicienne peut être assimilée à un coach pour retrouver goût à la vie. A chaque fin de séance, la psychologue rédige un bilan pour le patient.

Le respect du Code de déontologie s’applique également à la profession des psys. Son but est de protéger les patients et les psychologues. La règle principale de ce code est la suivante : “Le respect de la personne dans sa dimension psychique est un droit inaliénable. Sa reconnaissance fonde l’action des psychologues”.

Les troubles psychiques

Les troubles psychiques sont classifiés par catégories et sont soignés avec l’aide d’une psychologue clinicienne :

  • Les troubles anxieux : agitation, sentiment d’insécurité. Les troubles obsessionnels en font partie comme les hypocondriaques.
  • Les troubles dépressifs : tristesse, perte d’intérêt, diminution de l’estime de soi, perte d’appétit, manque de confiance en soi.
  • Les troubles alimentaires : boulimie, anorexie.
  • Les troubles bipolaires : variation inhabituelle de l’humeur, périodes d’instabilité.
  • La schizophrénie : adaptation sociale très compliquée, grande vulnérabilité.
  • Les troubles addictifs : l’alcoolisme, le tabagisme, jeux, drogues.
  • Les troubles chez l’enfant et l’adolescent : l’hyperactivité, la solitude.

Ses méthodes

Si vous devez effectuer un test psychologue chez une psychologue clinicienne, ces quelques questions et exercices vous seront potentiellement posés :

  • Tests médicaux : prise de sang, scanner, rayons X… en cas de symptômes physiques.
  • Tests d’aptitude : pour les enfants qui ont des difficultés scolaires (temps de réaction, mémoire).
  • Questionnaires : connaissance du patient
  • Étude des dossiers médicaux : antécédents familiaux
  • Tests normatifs psychologiques
  • Bilans psychologiques complets

Elle utilise essentiellement des méthodes thérapeutiques et ne peut en aucun cas délivrer des médicaments. Chaque patient est reçu individuellement pour un bilan psychologique complet et ainsi proposer un traitement adapté.

Les différents tests psychologiques

En tant que psychologue clinicienne, l’utilisation d’outils spécifiques conduit à une analyse profonde du patient selon son trouble.

  • Les tests d’aptitudes pour les performances consistent à analyser les aspects relatifs à la connaissance. Il y a deux types d’examens : les tests de QI pour la globalité de l’intelligence et les tests de performance spécifiques mesurant des capacités mentales spécialisées.
  • Les tests de personnalité résident en l’analyse des rapports émotionnels. Votre psychologue peut vous proposer un questionnaire à choix multiples en répondant à des situations particulières. Ce questionnaire permet d’examiner l’image que se fait le patient de lui-même. Il existe également les tests objectifs de personnalité qui permettent de placer le patient où le psychologue dissimule un objectif précis (exemple : le labyrinthe mesure l’anxiété). Et enfin, les tests projectifs (le Rorschach ou le TAT) qui aident à comprendre les perturbations psychologiques du patient.
  • Les tests de manipulation rendent possible une action de la part du patient. La psychologue clinicienne donne un matériel (de son choix) que le patient doit manipuler.

Ses qualités

La qualité première d’une psychologue clinicienne est l’écoute. C’est ce qui donne aux patients une neutralité totale de la part du professionnel. Étant donné que la durée du traitement peut varier, il faut aussi être patiente avec chacune des personnes prises en charge. Il est important d’être neutre en toutes circonstances. Il faut trouver l’équilibre entre l’empathie et la distance. De plus, une psychologue clinicienne est résistante au niveau des émotions ressenties. Le métier demande du temps et une adaptation pour le patient et le professionnel. Elle a un grand esprit d’ouverture sur le monde et ses particularités. Il faut savoir qu’elle a une capacité d’analyse (scientifique) très poussée afin de répondre à toutes les problématiques des patients.

Renseignez-vous auprès de la psychologue clinicienne de votre choix pour d’éventuels questions sur ses méthodes et sa prise en charge. Elle saura également vous rassurer sur votre besoin d’être soutenu à un moment de la vie. Faites appel à un professionnel qualifié pour vous sentir mieux et voir la vie du bon côté. Les psychologues peuvent prendre en charge les enfants et leur parent pour un soutien des deux côtés.

L’accompagnement psychologique et la chirurgie

En matière de chirurgie, il existe des soins qui peuvent être remboursés. Bien évidemment, s’il s’agit d’embellir les tempes du visage, il s’agira d’une intervention purement esthétique, vous ne pouvez pas tabler sur un remboursement dans ce cas. En revanche, dans d’autres cas qui peuvent être considérés comme de la chirurgie réparatrice, même si cela ne résulte pas d’un fait récent, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge comme c’est le cas d’une reconstruction mammaire suite à un cancer du sein ou encore d’un remodelage de la cloison nasale.

Les interventions chirurgicales, pour beaucoup de personnes, ne demeurent pas des actes anodins. C’est aussi ce genre de choses que vous pouvez aborder en toute sérénité avec une psychologue clinicienne. Bien évidemment, ce n’est pas elle qui va prendre la décision à votre place si vous hésitez et encore moins qui vous opérera si vous vous décidez à subir une intervention. Mais elle peut être de bon conseil, ne serait-ce que simplement par l’écoute si vous lui confiez un mal-être physique que vous souhaitez réparer par la chirurgie. Beaucoup de personnes n’ont pas toujours un proche à qui ils ou elles peuvent confier ce genre de choses et qui sont en mesure de les aider. Entendre ce genre de choses, que l’intervention fasse partie de celles qui sont potentiellement remboursées ou non, fait partie du job de la psychologue clinicienne.

 

[Total : 1    Moyenne : 5/5]