Les traitements des poches malaires

La beauté du visage et du corps en mode parisien

Les traitements des poches malaires

Les poches malaires ressemblent à des petites bosses gonflées qui se trouvent sur le haut des pommettes. Il ne faut bien sûr pas les confondre avec les poches sous les yeux (autrement appelées poches sous palpébrales). Ces poches ne sont pas bien vues car on dit généralement qu’elles apparaissent sur le visage des personnes alcooliques bien que ça ne soit pas toujours le cas bien sûr ! C’est souvent la cause d’une accumulation d’œdème qui se transforme en graisse avec les années dans cette zone due à un défaut du drainage lymphatique. Forcément la prise d’âge y est pour quelque chose dans cette histoire, et touche aussi bien les femmes que les hommes. Avec l’avancée de la recherche, nous avons deux moyens permettant de dire stop à ces poches malaires :

  • l’injection de hyaluronidase ;
  • des séances de HIFU (ultrasons focalisés de haute intensité).

Première solution : injections de hyaluronidase

En principe, dans les 2/3 des cas il est possible de recourir à la hyaluronidase. En effet, celle-ci peut éliminer l’acide hyaluronique qui est fabriqué en trop, ce qui est à l’origine des poches. La hyaluronidase est aussi très efficace contre les œdèmes.

Etant donné l’origine « non humaine » de la hyaluronidase, il est important d’effectuer un test allergène au niveau de l’avant-bras afin d’évaluer si le recours à cette solution est envisageable. Le délai des résultats est de 48h.

Si le test est négatif, on peut commencer la correction des poches à l’aide d’injections de hyaluronidase, les aiguilles utilisées sont très fines et la séance quasi indolore. Cette correction se fait par paliers car la hyaluronidase est un produit très efficace qui « gomme » l’acide hyaluronique environnant. En procédant par étapes, les poches diminuent de volume progressivement, la circulation sanguine et surtout lymphatique se fait mieux.

Si le test est négatif, on peut alors corriger les poches grâce aux injections de hyaluronidase. Les aiguilles utilisées sont très fines, de ce fait la séance n’est pas très douloureuse. Il est important de savoir que le traitement avec la hyaluronidase doit se faire petit à petit car le produit élimine l’acide hyaluronique environnant qui est aussi utile pour conserver sa jeunesse ! Donc en procédant en plusieurs séances, les poches diminuent progressivement sans empiéter sur la circulation lymphatique ainsi que celle du sang.

Il faut compter 2 séances avec un intervalle d’une semaine.

Les résultats apparaissent rapidement et les effets indésirables sont assez rares. Il est possible de voir apparaître des bleus au niveau des injections mais pas de panique, cela ne sera que temporaire.

L’utilisation de hyaluronidase est durable dans le temps. Néanmoins une récidive est toujours possible. Pour l’éviter il faut avoir une nutrition saine (ne pas abuser de la nourriture salée, ni de l’alcool) et bien dormir. On peut avoir recourt à ces injections tous les ans (ou tous les 2 ans selon les cas).

Deuxième solution : les ultrasons focalisés de haute intensité ou HIFU

Si dans votre cas vous êtes allergiques à la hyaluronidase (ce qui est le cas pour 1/3 des personnes) il existe une autre solution : les séances de HIFU (ultrasons focalisés de haute intensité)

Grâce à la nouvelle technologie qu’est le HIFU, nous pouvons remédier à vos problèmes de poches malaires. Cette technologie très sophistiquée permet de travailler à différentes profondeurs de la peau : 1,5mm pour l’épiderme, 3mm pour la zone du derme profond et enfin 4,5 mm pour la zone des muscles (ou graisse selon les zones).

Grâce à ces ultrasons de haute intensité, votre circulation sanguine ainsi que la circulation lymphatique sont beaucoup plus efficaces et règlent vos problèmes.

La séance, indolore, a une durée de 30 minutes.

On peut apercevoir les résultats dès la première séance mais une deuxième séance est fortement recommandée pour éliminer complètement les poches malaires.

[Total : 17    Moyenne : 2.3/5]

Laisser un commentaire